Accueil
 
Ce site n'est plus mis systématiquement à jour depuis janvier 2020. Pour voir les informations les plus récentes sur les additions en Suisse, nous vous recommandons les sites Faits et Chiffres et le Système de monitorage suisse des Addictions et des Maladies non transmissibles (MonAM).
Amphétamines, Ecstasy et stimulants similaires
» Prévalence

Analyse des eaux usées

Les analyses des eaux usées constituent une approche novatrice dans le monitorage de l'usage de drogues (Frost & Griffiths, 2008) notamment pour estimer la quantité d'ecstasy prise dans les grandes villes. Si cette méthode est surtout utile pour le monitorage de l'usage de drogues au niveau communautaire, elle ne permet pas de connaître le nombre de personnes qui en font usage, ni la quantité prise au niveau individuel, mais fournit une estimation de la quantité d'ecstasy utilisée pendant une période déterminée sur un certain territoire.

Des analyses portant sur les eaux usées de plusieurs grandes villes d'Europe dont cinq villes suisses (Bâle, Berne, Genève, Saint-Gall et Zurich) a notamment mis en évidence des taux d'ecstasy plus élevés le week-end que les jours de semaine lors des relevés des eaux usées de ces villes suisses effectués en 2012 (voir figure: Orth - Evolution de l'usage d'ecstasy au cours d'une semaine: part de chaque jour à l'usage hebdomadaire (eaux usées de Bâle, Berne, Genève, Saint-Gall et Zurich (2012)).

Utilisée de manière systématique, cette méthode semble prometteuse pour suivre les tendances de l'usage de différentes drogues au sein des populations urbaines suisses. Elle permettrait également de compléter les informations obtenues grâce aux enquêtes menées au sein de la population.

Orth - Evolution de l'usage d'ecstasy au cours d'une semaine: part de chaque jour à l'usage hebdomadaire (eaux usées de Bâle, Berne, Genève, Saint-Gall et Zurich (2012))

Orth - Evolution de l'usage d'ecstasy au cours d'une semaine: part de chaque jour à l'usage hebdomadaire (eaux usées de Bâle, Berne, Genève, Saint-Gall et Zurich (2012))
Source:Communiqué de presse Eawag: http://www.eawag.ch/medien/bulletin/20140527/index_FR..
top

 

www.substitution.ch