Accueil
 
Ce site n'est plus mis systématiquement à jour depuis janvier 2020. Pour voir les informations les plus récentes sur les additions en Suisse, nous vous recommandons les sites Faits et Chiffres et le Système de monitorage suisse des Addictions et des Maladies non transmissibles (MonAM).
Cocaïne
» Prévalence

Usage dans la population générale

Mise en place en 2011, l'enquête CoRolAR fournit des données sur l'usage de cocaïne au cours de la vie, des 12 derniers mois et au cours des 30 derniers jours. Pour les personnes signalant un usage au cours des 30 derniers jours, sa fréquence est également documentée.

Une enquête de ce type ne peut toutefois offrir qu'une image limitée de l'usage de cocaïne dans la population suisse et ses résultats doivent donc être interprétés avec précaution. Il est probable qu'une partie des personnes concernées atteinte par l'enquête cherche à dissimuler un comportement sanctionné par la société (désirabilité sociale). Une telle enquête permet cependant de discerner les groupes à risque et de détecter sur la durée les tendances en termes d'augmentation ou de diminution de la problématique.

Les données de l'année 2016 (voir tableau ci-dessous: CoRolAR - Prévalence et fréquence de l'usage de cocaïne à vie, 12 mois et 30 jours, par sexe et âge (2016)) indiquent que les hommes étaient proportionnellement plus nombreux que les femmes à dire prendre de la cocaïne, quel que soit le type de prévalence (vie, année, mois). Avec des taux situés entre 5% et 8%, la prévalence à vie est relativement élevée pour les personnes entre 20 et 54 ans en comparaison des autres groupes d'âge. L'usage de cocaïne semble être un phénomène majoritairement épisodique, comme le suggèrent les différences entre les taux de prévalence à vie et de prévalences plus actuelles (derniers 12 mois et derniers 30 jours) ainsi que les résultats sur la fréquence d'usage. Les usagers actuels (prévalence à 30 jours) étaient proportionnellement peu nombreux, les groupes présentant le taux le plus élevé étant ceux des 20 à 24 ans (0.5%) et 25 à 34 ans (0.4%).

Au niveau des régions linguistiques (Tableau), les analyses suggèrent que les romands et les les Suisses alémaniques étaient proportionnellement plus nombreux que les Suisses italophones à avoir fait usage de cocaïne au cours de leur vie.

CoRolAR - Prévalence et fréquence de l'usage de cocaïne à vie, 12 mois et 30 jours, par sexe et âge (2016)

SexeÂge
hommesfemmes15-1920-2425-3435-4445-5455-6465-7475+Total
%%%%%%%%%%%
Prévalence à vie 6.22.40.84.78.46.55.52.40.60.04.2
Prévalence 12 derniers mois 1.10.30.62.21.90.50.20.10.10.00.7
Prévalence 30 derniers jours 0.20.10.10.50.40.00.10.00.10.00.1
n (pondéré)5'3385'5306847781'7731'8102'0191'5361'2181'04910'868
n (non pondéré)5'2145'7321'7951'1451'1031'3931'7651'4701'35991610'946
Fréquence de la consommation
dans les 30 derniers jours*
20 jours ou plus (0.0)
10 - 19 jours (0.0)
4 - 9 jours (1.8)
1 - 3 jours (98.2)
n (pondéré) 13
n (non pondéré) 13
Questions:"Avez-vous déjà pris une fois de la cocaïne?" et "Au cours des 12 derniers mois, avez-vous pris de la cocaïne?" et, si oui: "Au cours des 30 derniers jours, avez-vous pris de la cocaïne?" et, si oui: "Au cours des 30 derniers jours, combien de jours avez-vous consommé de la cocaïne?"
Notes:*La fréquence de consommation n'est pas détaillée par sexe et âge, car ces indications se basent un trop petit nombre de répondant-e-s.
Pourcentages calculés sur la base du n pondéré; pourcentages en colonne.
Source:Gmel, Kuendig et al. (2017)
top

 

www.substitution.ch