Accueil
 
Ce site n'est plus mis systématiquement à jour depuis janvier 2020. Pour voir les informations les plus récentes sur les additions en Suisse, nous vous recommandons les sites Faits et Chiffres et le Système de monitorage suisse des Addictions et des Maladies non transmissibles (MonAM).
Opioïdes
» Prévalence

Evolution au cours du temps

Population générale

L'Enquête suisse sur la santé (ESS) constitue la principale source d'informations sur l'évolution à long terme de la prévalence de l'usage d'héroïne en Suisse. Toutefois, cette enquête - menée principalement par téléphone - ne donne qu'une image limitée de l'usage des drogues illicites et ses résultats doivent donc être interprétés avec précaution. Les personnes ayant un problème de dépendance se trouvent en effet souvent dans une situation précarisée ou marginalisée et ne peuvent être contactées par le biais d'une enquête téléphonique. De plus, les personnes concernées peuvent avoir des réticences à dévoiler un comportement illégal et stigmatisé.

Depuis 1997, l'ESS enregistre un nombre trop faible de personnes déclarant un usage actuel d'héroïne pour que ces cas ne figurent dans les statistiques officielles (Tableau). En outre, l'usage actuel d'héroïne n'a plus fait l'objet d'une question en 2012.

Concernant la prévalence à vie d'usage d'héroïne, les données de l'ESS indiquent que celle-ci semble avoir un peu augmenté au cours de ces dernières années. En 2012, 0.8% des répondants indiquait avoir fait usage d'héroïne dans leur vie (0.6% en 2002; voir tableau ci-dessous: ESS - Prévalence à vie de l'usage d'héroïne, par âge (1992-2012)). La prévalence à vie parmi les personnes âgées de 15 à 39 ans est légèrement plus élevée que celle de leurs aînés, à l'exception de l'année 2012, pour laquelle la prévalence est au contraire plus élevée parmi les personnes âgées de 40 ans et plus. La prévalence à vie est également plus élevée parmi les hommes (Tableau) que chez les femmes (Tableau), quelle que soit l'année d'étude considérée. L'analyse par régions linguistiques (Tableau) indique une prévalence à vie plus élevée en Suisse romande (1.0% en 2012) qu'en Suisse alémanique (0.7% en 2012), et ceci pour toutes les années d'observation.

Les données récoltées dans le cadre des enquêtes CoRolAR 2011 à 2016 indiquent que la prévalence à vie est restée relativement stable depuis 2011, avec des taux inférieurs à 1.0%. 

ESS - Prévalence à vie de l'usage d'héroïne, par âge (1992-2012)

Âge
15-3940+Total
%%%
2012oui0.70.80.8
non99.399.299.2
N (pondéré)7'85013'70321'553
N (non pondéré)7'20814'35321'561
2007oui0.90.60.7
non99.199.499.3
N (pondéré)7'42811'25518'683
N (non pondéré)6'13812'56218'700
2002oui0.90.30.6
non99.199.799.4
N (pondéré)8'14211'53619'678
N (non pondéré)6'98812'69419'682
1997oui1.0(0.1)0.5
non99.099.999.5
N (pondéré)5'6117'37812'989
N (non pondéré)5'6997'28612'985
1992oui1.3
non98.7
N (pondéré)6'869
N (non pondéré)6'838
Questions:"Avez-vous déjà pris une fois de l'héroïne?"
Notes:En 1992, cette question a uniquement été posée aux personnes de moins de 40 ans. En 1997, l'âge limite était de 50 ans, en 2002 de 65 ans, en 2007 de 70 ans et en 2012 de 75 ans. Pour les années 1997, 2002, 2007 et 2012, les personnes à qui la question n'a pas été posée sont comprises dans la catégorie "non". Le groupe d'âge des 15-39 ans en 1992 est comparable avec celui des autres enquêtes.
Pourcentages calculés sur la base du n pondéré; pourcentages en colonne. Le nombre de personnes véritablement interrogées est donné sous "N (non pondéré)". 
Pour n < 30, les valeurs sont entre parenthèses. Pour n < 10, aucune valeur n'est reportée.
Source:Notari et al. (2014), p. 271

Evolution par groupes d’âges

L'Enquête suisse sur la santé enregistre un nombre trop faible de personnes déclarant consommer de l'héroïne au moment de l'enquête pour que ces cas ne figurent dans les statistiques officielles. Afin d'obtenir un aperçu de l'évolution de l'expérimentation de l'héroïne par les jeunes adultes, il est possible de comparer l'évolution de la prévalence à vie entre différentes classes d'âges. Comme le montre la figure ci-dessous (ESS - Prévalence à vie d'usage d'héroïne, par âge (1992-2012)), la part de jeunes de 15 à 24 ans et 25 à 34 ans est en diminution depuis 1992. A l'inverse, les parts des 35 à 44 ans et des plus de 45 ans sont en augmentation. Ces tendances opposées indiquent premièrement que le nombre de jeunes consommateurs est stable, voire légèrement en baisse, depuis une décennie. En ce qui concerne les groupes d'âges supérieurs, comme il s'agit de la prévalence à vie, les personnes ayant expérimenté la prise d'opioïdes dans les années 90 glissent logiquement dans les classes d'âges supérieures, ce qui a pour effet d'augmenter le taux de prévalence à vie des groupes d'âges supérieurs avec le temps. En conclusion, bien que la prévalence à vie de l'usage d'opioïdes apparaisse comme étant stable au sein de la population totale, elle diminue progressivement parmi les jeunes adultes.

ESS - Prévalence à vie d'usage d'héroïne, par âge (1992-2012)

Notes:ESS (1992-2012): "Avez-vous déjà pris de l'héroïne?";
Source:Propres calculs sur la base des données ESS

Etude auprès des méthadoniens du canton de Zürich

Nordt & Stohler (2006) ont estimé la prévalence et l'incidence de l'usage problématique d'héroïne dans le canton de Zurich. Ils se sont basés sur les données du registre des personnes en traitement de substitution à la méthadone dans le canton. Celles-ci comprenaient l'âge de premier usage régulier - défini comme étant plus de 4 fois par semaine, durant 1 mois - et des informations sur le suivi du traitement de substitution.

Selon leur estimation, la courbe du nombre d'usagers problématiques d'héroïne décrit un pic au début des années 90, puis tend à baisser par la suite (voir figure ci-dessous: Nordt & Stohler - Prévalence de l'usage problématique d'héroïne à Zurich). Le taux d'arrêt - défini comme étant la proportion d'individus qui ont arrêté le traitement de substitution sans le reprendre au cours des dix années suivantes - était de 4% par an. Les auteurs précisent toutefois que cette diminution a pu résulter de plusieurs facteurs tels que l'abstinence, mais aussi des décès, le passage à un traitement de substitution à l'héroïne ou l'émigration.

Nordt & Stohler - Prévalence de l'usage problématique d'héroïne à Zurich (1980-2010)

Nordt & Stohler - Prévalence de l'usage problématique d'héroïne à Zurich (1980-2010)
Notes:Adapté de la figure 4.
Source: Incidence of heroin use in Zurich, Switzerland: a treatment case register analysis, p.1833.
top

 

www.substitution.ch