Accueil
 
Ce site n'est plus mis systématiquement à jour depuis janvier 2020. Pour voir les informations les plus récentes sur les additions en Suisse, nous vous recommandons les sites Faits et Chiffres et le Système de monitorage suisse des Addictions et des Maladies non transmissibles (MonAM).
Autres substances
» Prévalence

Médicaments stimulants de l'éveil

SourcesEnquête CoRolAR (2011-2014) pour la population générale; analyse des données de l'assurance maladie (2005-2008) pour les enfants et adolescents

Population générale

L'enquête CoRolAR de 2014 comprenait des données sur la prévalence, la fréquence et la durée d'utilisation ainsi que sur les modes d'acquisition de médicaments stimulant l'éveil et renforçant l'attention tels que le méthyphénidate (Ritaline®, Concerta®, Medikinet®) et le modafinil (Modiodal®, Modasomil®).

Prévalence

En 2014, les hommes étaient légèrement plus nombreux que les femmes à avoir pris des médicaments ayant pour principe actif le méthylphénidate ou le modafinil au cours des 12 derniers mois ou 30 derniers jours précédant l'enquête (voir tableau ci-dessous: CoRolAR - Consommation de médicaments stimulants de l'éveil*, par sexe et âge (2014)). L'analyse par groupe d'âge montre des proportions d'utilisateurs sensiblement plus élevées dans les groupes d'âges les plus jeunes, que ce soit pour la prévalence de consommation à 30 jours (15-19 ans: 2.1%) ou à 12 mois (15-19 ans: 3.6%).

Concernant les différences entre les régions linguistiques, la proportion d'utilisateurs au cours des 30 derniers jours était assez similaire en Suisse romande et alémanique, alors qu'aucun cas d'utilisation actuelle n'a été détecté dans l'échantillon nettement plus petit de la Suisse italophone (Tableau).

CoRolAR - Consommation de médicaments stimulants de l'éveil*, par sexe et âge (2014)

SexeÂge
hommesfemmes15-1920-2425-3435-4445-5455-6465-7475+ Total
%%%%%%%%%%%
prévalence 12 derniers mois 0.80.73.62.20.60.40.40.20.40.50.8
prévalence 30 derniers jours 0.50.42.10.60.30.20.40.20.40.20.4
n (pondéré)5'6155'8427418341'8301'9602'1231'6261'251109211'457
n (non pondéré)5'3516'1051'4931'2401'3841'4601'9321'5541'48191211'456
Questions:"Au cours des 12 derniers mois, avez-vous pris des médicaments pour renforcer l'attention*?" et, si oui, "Au cours des 30 derniers jours, avez-vous pris des médicaments pour renforcer l'attention*?"
Notes:* (Ritaline®, Medikinet®, Concerta®, Modasomil®).
Pourcentages calculés sur la base du n pondéré; pourcentages en colonne.
Source:Gmel, Notari et al. (2015)

Fréquence, durée de consommation et modes d'acquisition

Selon les résultats de l'enquête CoRolAR (Tableau), la grande majorité (environ 75 %) d'utilisateurs de médicaments stimulants de l'éveil bénéficient d'une prescription médicale (médecin ou pharmacien sur ordonnance), et ceci de manière uniforme, indépendamment du sexe et de la région linguistique. Environ 80% des usagers de ce type de médicaments en prennent tous les jours ou presque, ce taux étant légèrement plus élevé pour les hommes. Finalement, il est à relever qu'une majorité d'utilisateurs quotidiens de stimulants de l'éveil disent prendre ces médicaments à cette fréquence depuis au moins trois ans.

Enfants et adolescents

Publié dans les bulletins de l'OFSP en 2012, Pletscher et Wieser (2012) ont analysé les données de trois grandes caisses maladies (Groupe Mutuel, CPT et Visana; soit 22% des assurés en Suisse) entre 2005 et 2008 et extrapolé leurs résultats à l'ensemble de la population.

Les résultats de cette étude indiquent que l'usage sur prescription médicale de méthylphénidate était en augmentation entre 2005 et 2008, tant en ce qui concerne la proportion d'usagers que la quantité moyenne de substance active par patient (Figure et Figure). Les garçons étaient proportionnellement presque quatre fois plus nombreux que les filles. Les enfants et adolescents entre 8 et 14 ans sont les plus concernés par l'usage de méthylphénidate (3.1 % des garçons et 1.0% des filles de 12 ans en 2007; voir Figure).

La durée de traitement était en moyenne de 275 jours sur l'ensemble des personnes en traitement (médiane = 166 jours). Chez près d'un quart des personnes concernées, la durée de traitement était supérieure à une année.

top

 

www.substitution.ch